Peinture sur Porcelaine … Réalisation d’une pièce étape par étape …

Atelier Porcelaine objet d'art

Porcelaine de LImogesAu Féminin

La pièce présentée est une potiche en Porcelaine de Limoges, d’une hauteur de 35 cm environ et de 21 cm de diamètre au plus large.

Mon décor est basé sur l’élégance, la féminité, la fragilité et la dualité. 

Entièrement peint à la main, ce décor a nécessité une centaine d’heures de travail.

Afin de peindre les différentes surfaces qui se juxtaposent et ne sont pas toujours compatibles d’un point de vue couleurs ou matières, plusieurs cuissons allant de 850° à  750° ont été nécessaires soient 8 au total.

Partant d’une base en technique dite classique en peinture sur porcelaine, soit un mélange de pigments et d’essences  (grasse et térébenthine), les motifs ont été réalisés soit au pinceau en balayage et repique, soit à la plume en adaptant ma préparation de couleurs  pour la fluidifier.

J’ai utilisé pour le fond la technique américaine, soit un mélange de pigments et d’huile molle. Cette préparation ne séchant pas, il est possible d’obtenir des dégradés de couleurs plus fondus qu’en technique classique. Par balayages  successifs nous obtenons donc les tons souhaités.

J’ai voulu mélanger quelques-uns des  matériaux que l’on peut utiliser en peinture sur porcelaine, notamment des matériaux plus contemporains tels que les lustres, les fondants  matifiant ou les reliefs.

Ainsi sur un fond de lustre gris qui donne cet aspect miroir sur les côtés de la pièce, j’ai appliqué une couche de mélange blanc réalisé avec un fondant qui confère  aux couleurs ce rendu mat.  Ceci dans le but de créer une dualité de matières avec le lustre brillant.

J’ai fini mon décor, afin d’avoir une vibration des surfaces, par des motifs  en relief sur toute la surface de la pièce,  les reliefs attrapent la lumière et suivant leur exposition le rendu qu’on en a n’est jamais tout à fait le même. Comme l’a écrit Verlaine  dans mon rêve familier « Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même ni tout à fait une autre »

Comme indiqué sur mon CV,  j’ai appris cette technique avec ma grand-mère, qui m’a enseigné la rigueur et la minutie, son univers est devenu le mien, le classique ma base de travail.

Mes décors demeurent souvent liés au monde floral, peu à peu il s’est enrichi de mes propres expériences notamment de mes séjours à l’étranger. De mon enfance en Algérie j’ai gardé  le gout des arabesques.

Le Henné traditionnel ainsi que la dentelle et les orchidées sont du domaine de l’élégance, du fragile et de l’éphémère. Des rubans se sont alors naturellement inscrits virevoltant autour de la dentelle, soulignant l’aspect féminin de la pièce.

Une fragilité qui semble être contre balancée par l’aspect solide qui se dégage malgré tout de la forme de la pièce en elle-même, qui pourtant n’est qu’en porcelaine.

L’univers féminin se dévoile tour à tour fragile, délicat ou raffiné pour devenir force et constance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sécurité * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.